Campagne électorale provinciale 2018: Lévis présente ses priorités

Le Communiqué

Lévis, le 30 août 2018. – Sept jours après le déclenchement officiel de la campagne électorale provinciale, le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier, en compagnie de l’ensemble des conseillers municipaux, présente les enjeux et projets prioritaires de la Ville de Lévis pour lesquels il s’attend à des engagements fermes de chacune des formations politiques et des candidats dans les circonscriptions des Chutes-de-la-Chaudière, de Lévis et de Bellechasse.

« Les partis politiques dans la course pour former le prochain gouvernement du Québec doivent mesurer l’importance des demandes que nous leur adressons aujourd’hui. Lévis est maintenant la septième plus grande ville au Québec. Pour lui assurer un avenir prometteur, nous travaillons sans relâche sur plusieurs fronts. Pour concrétiser plusieurs des projets rêvés pour notre ville, nous avons besoin de la participation financière du gouvernement du Québec. Les gens de Lévis ont le droit de voir grand et c’est le message que je souhaite lancer aux candidats aujourd’hui afin qu’ils s’engagent de façon ferme à la réalisation des projets prioritaires pour nos citoyens! », a déclaré monsieur Gilles Lehouillier, maire de Lévis.

Mobilité : la priorité numéro 1
L’ensemble des élus municipaux de la Ville de Lévis s’attendent à ce que le parti politique porté au pouvoir le 1er octobre prochain travaille activement sur la problématique de la congestion routière, priorité numéro 1 des citoyens de Lévis. Pour y faire face, le troisième lien autoroutier est sans contredit un projet incontournable. La demande adressée aux partis politiques est la suivante :

  • Accélérer l’échéancier de réalisation du troisième lien autoroutier
  • Modifier le devis technique du Bureau de projet sur le troisième lien Québec - Lévis afin d’éliminer les deux familles de solution qui n’ont rien à voir avec réalisation d’un lien autoroutier :
  1. L’optimisation des liens existants - interventions sur les réseaux routiers, interventions sur les autres réseaux : réseau de transport en commun, réseau de transport ferroviaire (utilisation pour les déplacements interrives), réseau de transport maritime de personnes (traverse Québec - Lévis), réseaux cyclable et piétonnier.
  2. Solutions non immobilières : solutions technologiques, gestion de la demande et autres types de solutions non immobilières.

« Les populations de Québec et de Lévis se sont prononcées à 78 % pour la construction d’un troisième lien autoroutier entre les deux rives lors d’un sondage Léger mené en juin dernier. Les citoyens savent que l’avenir de nos deux régions est intimement lié. Voilà maintenant plus de cinquante ans que l’on parle de la nécessité de construire un troisième lien routier entre Québec et Lévis. Cinquante ans plus tard et après de nombreuses études réalisées, les citoyens de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches souhaitent un engagement ferme et sans équivoque de la part des partis politiques », a déclaré le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier.

Il est également impératif que le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports améliore les grands axes routiers existants. Trois priorités sont incontournables à très court terme :

  • le réaménagement de la route 116 en boulevard urbain, de l’Autoroute 20 au pont de Québec en incluant la route Marie-Victorin;
  • la réalisation du viaduc Saint-Omer au-dessus de l’Autoroute 20 et des bretelles de sortie;
  • terminer l’élargissement de l’autoroute 20 en direction Est entre l’avenue Taniata et le nouveau viaduc Saint-Omer.

Par ailleurs, pour offrir un service équitable de transport en commun, la Ville de Lévis s’attend à ce que le prochain gouvernement s’engage à compenser l’iniquité liée au Fonds d’immatriculation pour le transport en commun évaluée à 1,2 M$. Elle souhaite également un rehaussement du financement gouvernemental pour le transport adapté. En effet depuis 2014, la Ville de Lévis a supporté la croissance des dépenses et a doublé sa contribution à ce service, la faisant passer de 810 000 $ à 1 735 000 $.

Le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier, souhaite également que les partis politiques provinciaux exercent une pression constante sur le gouvernement fédéral afin que ce dernier prenne des engagements sérieux pour assurer la pérennité du pont de Québec tant sur le plan structural qu’esthétique.

VITALITÉ ÉCONOMIQUE : LÉVIS PRÊTE À PASSER À LA VITESSE SUPÉRIEURE
Les Villes étant maintenant reconnues comme des gouvernements de proximité, le Gouvernement doit leur donner l’occasion de contribuer au plein épanouissement économique de l’ensemble du Québec. D’ailleurs, au cours des dernières années, la Ville de Lévis a fortement contribué à mettre en place les conditions favorables à la création de richesse et à l’émergence de nouvelles entreprises. Voilà pourquoi elle demande aujourd’hui au Gouvernement de lui octroyer les fonds nécessaires pour appuyer ces entreprises.

La pénurie de la main-d’œuvre est également un enjeu régional qui mine le développement de plus en plus d’entreprises. Afin de trouver des solutions durables à cette problématique, la Ville de Lévis a mis sur pied le 10 mai dernier le comité consultatif sur la main d’œuvre. Le défi est de taille : au cours des cinq prochaines années, la région de la Chaudière-Appalaches devra combler 39 000 postes sur cinq ans dont le tiers à Lévis. L’adaptation de la formation aux réalités de l’emploi et l’immigration sont les clés pour soutenir et accompagner les entreprises dans l’attraction de la main-d’œuvre. La Ville de Lévis demande donc aux partis politiques un financement adéquat pour lui permettre de mettre de l’avant son projet de guichet unique. Avec l’ensemble des intervenants lévisiens, nous élaborons un plan d’action visant à favoriser l’attraction de la main-d’œuvre. Les partis politiques devront s’engager à une contribution pour soutenir ce plan d’action. 

QUALITÉ DE VIE
Le fleuve et ses affluents
Au cours des dernières années, la Ville de Lévis a posé de nombreuses actions concrètes pour la mise en valeur du fleuve Saint-Laurent et de ses affluents. Plusieurs projets ont vu le jour et ont dévoilé le cachet unique de notre ville, tel le Quai Paquet et sa Fontaine, l’interconnexion du réseau cyclable et l’aménagement de nombreux parcs et espaces verts. Ces attraits distinctifs contribuent grandement à la qualité de vie des citoyens de Lévis et attirent de plus en plus de touristes.

« Après tous ces investissements financés par nos citoyens, nous demandons aujourd’hui aux partis politiques souhaitant former le prochain gouvernement, une contribution minimale de 25 millions de dollars d’ici 2022 en investissements pour la mise en valeur du fleuve et de ses affluents. Faisant partie du territoire couvert par la Commission de la capitale nationale, nous souhaitons que Lévis puisse obtenir sa juste part des investissements qu’elle réalise. Le secteur de la Traverse, entre autres, a tout pour devenir un lieu de destination incontournable dans la région. De nombreux projets verront bientôt le jour tels que l’Hôtel-Boutique, le chalet d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin, le parc de la Pointe Benson et la Terrasse du Chevalier de Lévis. Je vois grand pour Lévis et je souhaite que l’on nous donne les moyens de nos ambitions », a mentionné le maire.

Mise à niveau des équipements sportifs
Les infrastructures sportives contribuent également à la qualité de vie. La Ville favorise d’ailleurs la promotion de l’activité physique et les saines habitudes de vie. À cet égard, deux grands projets se trouvent dans la liste des priorités lévisiennes. Le projet d’une deuxième glace à l’aréna de Lévis vient répondre à un besoin en matière d’accessibilité à des surfaces glacées. La mise en place d’une deuxième glace permettrait d’offrir un meilleur ratio d’heures de disponibilité pour la population en plus de promouvoir les saines habitudes de vie et de faciliter l’accès à des aménagements sportifs de qualité.

La Ville de Lévis appuie également le projet de construction d’un stade de soccer intérieur au Collège de Lévis impliquant deux partenaires majeurs soit le Collège de Lévis et l’Hôtel-Dieu de Lévis. « La construction d’un complexe de soccer intérieur devient inévitable puisque présentement, il manque environ 1 800 heures de terrain, soit 1 000 heures pour le soccer et 800 heures pour le baseball les soirs et les fins de semaine durant les mois d’octobre à mai, sans compter les besoins des élèves durant le jour, et ce, pendant toute l’année scolaire », a ajouté le maire de Lévis. Ce projet permettra donc d’offrir à tous les élèves des plateaux supplémentaires pour la pratique de leur sport.

Développement culturel 
Concernant le domaine culturel, le Vieux Bureau de Poste est un haut lieu de diffusion reconnu par le ministère de la Culture et des Communications. D’une capacité de 100 places, le Vieux Bureau de Poste, dans le secteur de Saint-Romuald, jouit d’une situation géographique idéale et connaît en ce moment une croissance remarquable. De ce fait, l’établissement nécessite un agrandissement afin : 

  • d’augmenter de 25 places son assistance possible;
  • d’offrir une scène comportant toutes les installations requises pour la prestation de spectacles professionnels;
  • d’aménager un foyer d’accueil convenable et répondant aux besoins des spectateurs. Évalué à plus de 5 M$, ce projet nécessite un apport financier gouvernemental afin que sa réalisation puisse se faire, comme il est souhaité, entre 2021 et 2023.

Santé
En santé, Lévis offre depuis 1997, le service de premiers répondants médicaux. Vingt ans plus tard, il est constaté que, non seulement ce service demeure sous-financé par le gouvernement, mais il semble y avoir une iniquité dans le financement entre les villes. De plus, le taux de desserte ambulancière à Lévis se situe sous la moyenne enregistrée auprès de 15 villes québécoises. « Ce service impose une pression économique supplémentaire pour les payeurs de taxes à Lévis. Le sous-financement du Gouvernement et l’augmentation réelle et prévisible du nombre d’appels pour ce service prouvent la nécessité d’obtenir une contribution financière adéquate – évaluée ici à 500 000 $ par année - et d’ajouter une ambulance supplémentaire sur notre territoire », affirme monsieur Lehouillier.

- 30 

Source :                   
Direction des communications
418 835-8288 

Information :       
Geneviève Côté, attachée de presse
Bureau de la mairie
Cellulaire : 418 808-1874

Annexe