Enquête origine destination 2017, le transport en commun ne peut régler à lui seul la congestion routière

Le Communiqué
Transport et infrastructures catégorie des actualités

« Le 3e lien routier entre les deux rives : plus que jamais nécessaire ! »
- Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Lévis, le 16 mai 2019 – Les résultats de l’Enquête Origine-Destination 2017 (EOD 2017) de la région Québec-Lévis confirment le bien-fondé de la stratégie mise de l’avant par la Ville de Lévis au cours des dernières années sur la mobilité des personnes et des marchandises. La stratégie de la ville est axée sur trois axes prioritaires pour résorber de façon significative la congestion routière dans la région Québec-Lévis :

  • l’amélioration à court terme des axes routiers existants ;
  • l’amélioration du transport collectif avec une interconnexion entre les deux rives ;
  • la réalisation d’un troisième lien routier à l’est du territoire entre Québec et Lévis.

Cette vision est également conforme à la stratégie déployée par le gouvernement du Québec pour améliorer une fois pour toute la fluidité de la circulation sur l’ensemble du territoire.

Hausse significative du nombre de véhicules traversant le fleuve
« Le comparatif des déplacements interrives entre 2011 et 2017 démontre clairement qu’il faudra travailler sur plusieurs modes de transport. En effet, malgré tous les efforts investis dans l’amélioration du transport collectif entre 2011 et 2017, les déplacements interrives en transport collectif n’ont augmenté que de 4,3 % passant de 9 893 à 10 335 déplacements quotidiens, soit une hausse de 442 déplacements entre 2011 et 2017. Pendant cette même période, le nombre d’automobiles traversant le fleuve a fait un bon remarquable de 10,5 %, passant de 94 711 véhicules à 105 860 véhicules, soit une hausse significative de 11 149 véhicules », a déclaré le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier.

78,5 % des déplacements quotidiens se font en automobile
Le maire a également précisé que l’Enquête Origine Destination 2017 fait ressortir que l’automobile demeure, et de loin, le mode de déplacement préféré des gens accaparant à lui seul 1,65 millions de déplacements sur les 2,1 millions de déplacements quotidiens enregistrés. 78,5 % des déplacements quotidiens totaux se font donc en automobile. Par ailleurs, le parc automobile a connu, entre 2001 et 2017, une augmentation fulgurante de 20 % du nombre de véhicules.

Une diminution de la part modale du transport en commun entre 2011 et 2017
En ce qui concerne plus spécifiquement le transport en commun, le nombre quotidien de déplacements et la part modale du transport en commun dans la région de Québec et Lévis ont connu une baisse de 2 800 déplacements entre 2011 et 2017, soit une diminution de 1,8 %. Concrètement sur le territoire de l’agglomération de Québec, le nombre de déplacements en transport en commun a chuté de 4,2 %, soit une baisse de 5 700 déplacements quotidiens entre 2011 et 2017. Par contre, à Lévis, le nombre de déplacements a connu une hausse plus significative de 23,1 %, soit une augmentation de 3 100 déplacements quotidiens entre 2011 et 2017. Cette augmentation s’explique essentiellement par le déploiement sur le territoire de la ville d’un transport collectif plus adéquat.

Nécessité d’agir sur plusieurs modes de transport
On le voit bien, la hausse de l’utilisation du transport collectif sur le territoire de la Ville de Lévis confirme l’intérêt d’une interconnexion du transport collectif à l’est de la ville qui permettrait de boucler les deux réseaux du centre-ville de Québec au centre-ville de Lévis.

« Bien qu’il soit nécessaire de poursuivre les efforts pour améliorer notre réseau de transport collectif structurant afin de le rendre plus attractif, les gains ne seront pas suffisants pour améliorer significativement la fluidité de la circulation et réduire la congestion routière », a ajouté le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier.

Les files d’attentes s’allongent et sont coûteuses
De plus, dans l’Étude d’impacts économiques liés à la congestion routière et à l’aménagement d’un troisième lien routier interrives entre Québec et Lévis (étude réalisée par Raymond Chabot Grant Thornton en 2017), il a été démontré que, selon les données du ministère des Transports, les capacités maximales des deux ponts sont atteintes depuis 2011. Avec l’ajout du nombre impressionnant de véhicules entre 2001 et 2017, il en découle une congestion routière sur le réseau supérieur qui refoule sur les réseaux routiers municipaux, autant à Lévis qu’à Québec. Conséquemment, les files d’attentes s’étirent jusqu’à l’équivalent de 25 kilomètres le matin et le temps de trajet entre deux distances s’allonge sans cesse. L’étude démontre également un étalement des périodes de pointe autant en matinée qu’en après-midi.

L’étude signalait également que l’impact financier lié à la congestion équivalait minimalement à la perte de 1,5 millions d’heures de travail, au détriment de la qualité de vie des individus et de la productivité des entreprises. Le coût annuel de cette congestion était estimé à 36 M$. Les résultats de l’Enquête Origine Destination 2017 viennent accentuer davantage cette problématique.

Le maire a enfin signalé qu’un portrait statistique et économique sur le camionnage au Québec réalisé en 2018 par le ministère des Transports indique que le réseau routier de Québec et de Lévis est le 12e moins performant parmi les 16 régions étudiées.

Privilégier une stratégie globale d’intervention
La Ville de Lévis continuera donc à privilégier une stratégie globale d’intervention pour améliorer la mobilité, à la fois sur son territoire et entre les deux rives. Cette stratégie mise sur une mixité des interventions, entre autres :

  • la transformation de la route 116 en boulevard urbain et l’ajout d’un nouveau viaduc au-dessus de l’autoroute 20 dans le cadre du prolongement de la rue Saint-Omer ;
  • la réalisation d’un projet de transport structurant en commun sur le territoire de la Ville de Lévis incluant l’interconnexion entre les deux rives (l’aménagement de voies réservées sur la route des Rivières et sur le boulevard Guillaume Couture) ;
  • l’appui sans équivoque à la volonté du gouvernement du Québec de réaliser un 3e lien à entre les deux rives à l’est du territoire, incluant un réseau de transport en commun structurant.

En conclusion, l’Enquête Origine Destination Québec 2017 démontre plus que jamais la nécessité d’agir, bien sûr sur le transport collectif, mais également sur l’amélioration des axes routiers existants et sur la réalisation du 3e lien entre les deux rives. Le maire a insisté sur la nécessité de cesser d’opposer la voiture au transport en commun et d’encourager la volonté du gouvernement du Québec de bonifier tous les modes de déplacement.

Une journée dans la vie d’un citoyen
La population est toujours invitée à contribuer au projet Une journée dans la vie d’un citoyen en partageant ses commentaires ou suggestions au ville.levis.qc.ca. Pour en savoir plus sur la Ville de Lévis, consultez le ville.levis.qc.ca et le fil Twitter twitter.com/VilledeLevis.

- 30 -
Source : 
Direction des communications
418 835-8288

Information :
Geneviève Côté, attachée de presse
Bureau de la mairie
418 835-4960, poste 8240